La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Fonds Ferland

Disponible pour consultation à la Société de généalogie de Lanaudière, le Fichier des mariages lanaudois du Notaire Ferland est l'oeuvre d'un généalogiste réputé, le Notaire Joseph Alexandre Norbert Ferland. Il s'agit des mariages du district de Joliette, répertoriés à partir de la copie civile des registres conservés au Palais de Justice de Joliette.

J. A. N. Ferland, notaire, 1874-1952

Joseph Alexandre Norbert Ferland est né le 27 octobre 1874 à Ste-Elisabeth, comté de Berthier, et est décédé le 9 juillet 1952 à Joliette. Ses parents se sont mariés à Ste-Elisabeth, comté de Berthier, bien que la souche familiale était de la région de Richelieu-Verchères. La famille Ferland demeurait au Rang Sud de la Rivière Bayonne. Premier fils d'une famille de quatre garçons, Norbert devint orphelin de père à l'âge de 9 ans et sa mère ne s'est jamais remariée. Le 2ième fils de la famille Ferland pris épouse à Joliette, pour ensuite s'établir à Trois-Rivières. Le troisième fils choisit la prêtrise et fût nommé vicaire au diocèse de St-Boniface au Manitoba, ainsi qu'en Saskatchewan. Le plus jeune des fils Ferland l'y rejoignit et s'installa sur une terre à l'ouest de Saskatoon.

Une fois ses études terminées, Norbert exerça son notariat à Ste-Emélie de l'Énergie, de 1903 à 1915, pour ensuite s'installer définitivement à Joliette. Il y vécut avec sa mère jusqu'au décès de celle-ci, pour ensuite s'installer rue St-Viateur et par la suite, rue St-Pierre. Et finalement, à l'hospice St-Eusèbe de Joliette, jusqu'à son décès, étant resté célibataire.

L'abbé Hector Geoffroy lui voua une profonde admiration pour son oeuvre en généalogie. En guise de reconnaissance, il fit inscrire sur son monument funéraire au cimetière de Joliette: " Généalogiste réputé". On peut sûrement avancer qu'il avait peu de parenté dans la région, mais qu'il s'est construit une gigantesque famille généalogique.

À partir de la copie civile des registres conservés au palais de justice de Joliette, il a effectué la transcription complète de tous les actes de mariages du district. Monétairement démuni, son notariat n'étant pas très prospère, car ceux qui se présentaient chez lui se faisait piéger pour discuter lignée ancestrale, cousins et autres, et beaucoup n'avaient ni le temps ni l'intérêt pour ce genre de discussion.

Il copiait tout dans des petits calepins, sur des feuilles disparates; on a même vu des bouts de tapisserie utilisés pour inscrire des lignées familiales, ce qui dénote un peu de son genre de vie. Plus tard toutes ses notes fûrent retranscrites sur des petites cartes, par lui et sa secrétaire.

Il fréquentait les salons funéraires pour rencontrer davantage de gens et ainsi que ceux qui avaient quittés la région. Sur le parvis de l'église le dimanche, lors des mariages, il était présent pour recueillir autant d'informations qu'il lui était humainement possible de le faire. A l'hôpital, il rendait visite aux malades, les interrogeant sur leurs familles, à savoir si des frères ou soeurs vivaient aux États-Unis ou ailleurs.

Il a ainsi créé un fichier gigantesque. Il avait énormément de contact tant à Rimouski, à Québec que dans d'autres régions. Il faisait parti de la Société de Généalogie Canadienne Française à Montréal, s'y rendant à l'occasion par autobus. En fait il fût un pilier à une époque où rien n'était facile en recherche généalogique.

Sur son testament, il exigea que son fichier soit toujours conservé dans un secteur délimité à tant de milles de Joliette. Les Clercs de St-Viateur en fûrent les gardiens pendant de nombreuses années. En premier lieu le Révérend Père Médéric Robert jusqu'en 1975 et par la suite le Père André Valois, qui avec l'aide de différents bénévoles se sont occupés de l'amplifier, en effectuant des recherches pour localiser les expatriés et ce en créant un fichier "extérieur", ainsi qu'un autre fichier indexé par le nom de l'épouse.

Lorsque notre Société pris connaissance dudit testament du Notaire Norbert Ferland, une demande fût rédigée pour obtenir la garde de son fichier, demande qui fût accordée, selon son testament. Le Comité de direction de la SGL désirait pouvoir obtenir un double de ce fichier qui comprenait plus de 60,000 mariages.

En tant que membres de la Société et bénévoles, Lise Bouthillier et Denis Charest ont entrepris de saisir les dites cartes, sur le programme Brother's Keeper. La transcription fût terminée plus de quatre ans plus tard, tout en y effectuant plusieurs corrections.

Malheureusement la copie manuscripte dudit fichier Ferland fût détruite lors de l'incendie qui ravagea totalement les locaux de la Société de Généalogie de Lanaudière, mais heureusement,  il avait été sauvegardé dans BK5. Par contre le complément Valois n'a pas été sauvé, alors que seulement une toute petite partie avait pu être insérée dans le logiciel qui fût remis au Comité de direction le 25 octobre 1998, incluant 172,468 noms et 93,848 mariages.

Actuellement, il y a eu plusieurs ajouts tels les mariages non-catholiques,  ainsi que les mariages de la paroisse de St-Didace qui ne faisait pas partie du district en 1935. D'autres informations provenant de l'extérieur, majoritairement via l'internet, y fûrent aussi ajoutées et le tout se chiffre maintenant à 106, 013 mariages,  pour près de 196,000 noms.